Le potager en permaculture 2

La spirale aromatique

Je voulais avoir mes plantes aromatiques près de la maison, pour les cueillir à ma convenance quand j’en avais besoin. Je désirais, depuis quelques temps, réaliser une spirale aromatique sans en comprendre l’utilité en voyant juste le côté esthétique. Profitant du confinement, je me suis lancée dans cette construction. Le projet était de déménager mes différentes plantes achetées au dernier marché aux plantes rares d’Ordan-Larroque et de les avoir à proximité de la cuisine. J’avais aussi les plantes que m’avait donné Jean Louis Dutrey très connu sur Auch et le Gers pour ses recherches sur les fruitiers et les plantes.

Sur le terrain un tas de pierre attendait patiemment mon projet. Pour la garnir de l’herbe tondue, du mulch, du terreau. Il aurait fallu du sable , on s’en passera. Le lieu choisi avec Georges nous avons posé la première rangée de pierre pour donner la forme puis après j’ai fait un puzzle en coquille d’escargot en construisant et en démolissant pour arriver à mon but. Charline, ma filleule est fan des puzzle m’a bien manquée. En lisant différents articles et en suivant différentes vidéo et les conseils de mes mentors PermacultureDesign j’y suis arrivée. En fait l’ouverture se fait au sud pour orienter le soleil en fonction du type de plante puisqu’elles proviennent de lieux avec différents climats.

L’objectif de ces plantations en forme de spirale est de créer différents microclimats sur un petit espace, c’est-à-dire des parties humides, sèches, ensoleillées, ombragées, pauvres et riches en nutriments de manière à cultiver au même endroit toutes sortes de plantes aromatiques : ciboulette, persil, thym, coriandre, menthe, aneth, romarin, estragon, lavande…

La spirale s’enroule avec de l’humidité dans le bas et le haut de la butte est sec puisque exposée au sud, c’est là que j’ai planté 4 variétés de thym différents et l’hysope, puis en descendant l’hélichryse ou herbe à curry, la hache des montagnes ou céleri permanent, l’angélique, l’origan, oignons permanents, oseille et ail permanent. Je rajouterai persil, ciboulette et sans doute d’autres plantes à la fin du confinement.

Pour la sauge je suis en train de créer un massif de sauges, il y en a tant de variétés qui sentent si bon. Les menthes, je les installe peu à peu au pied des rosiers. La consoude est au potager. Pour le moment je n’ai pas de romarin.

Edith-Beauvais
Edith-Beauvais

Commentez mes articles, partagez les sur les réseaux sociaux, à très bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *